OBJECTIF “0 STRESS”

Découvrez quel est votre niveau de stress grâce au test MSP-9, utilisé chez Hydro-Québec, Renault (France), dans la Fonction publique, dans des centres hospitaliers, des services communautaires et des cabinets privés.

Traduit en anglais, japonais, espagnol, portugais, italien, il a donné lieu à des comparaisons internationales.

3 MINUTES suffisent pour répondre aux 9 QUESTIONS du test (1 seule réponse par question, les “infobulles” vous donnent des précisions)
Cliquez sur “SUIVANT” après chaque question

Quel est votre niveau de stress ? Découvrez-le en répondant aux questions suivantes.

1. Je suis détendu. En savoir plus• L’état de détente favorise la santé
• Lorsque nous nous sentons détendus, le système immunitaire est efficace. À l’inverse, le stress chronique affaiblit le système immunitaire et augmente le risque d’infections et/ou de troubles fonctionnels ou psychosomatiques.
• De nombreuses recherches ont démontré que le stress prolongé entraîne une diminution du nombre de cellules chargées de nous protéger contre les infections. À l’opposé, un état de bien-être provoqué par l’anticipation d’un événement heureux fait augmenter le nombre de cellules du système immunitaire. On sait aujourd’hui que le stress a des effets sur les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies auto-immunes, le cancer, les problèmes gastro-intestinaux, le diabète, les migraines de tension et les désordres alimentaires.
• Il n’est donc pas étonnant que les recherches tendent à démontrer qu’en période de stress élevé soutenu, se réserver des périodes de répit (au moins un jour par semaine) a un effet bénéfique marqué. Avoir des moments de détente favorise aussi un meilleur réseau social et des relations interpersonnelles plus saines et positives
• Les maux de dos, de tête, de ventre et à la nuque sont parfois des symptômes de stress, temporaires ou permanents. Ces douleurs peuvent être le résultat de la tension musculaire ou des hormones du stress (l’adrénaline). En effet, le cerveau et l’intestin réagissent à plusieurs hormones identiques. Il n’est donc pas surprenant que le stress prolongé puisse engendrer des crampes, des ballonnements, de la diarrhée ou de la constipation. D’autres tensions finissent par se figer, de telle sorte que nous ne les percevons plus… jusqu’à ce que le corps nous envoie des signaux de douleur.
• Si vous expérimentez différentes douleurs physiques, demandez-vous s’il y a des situations de votre vie qui vous mettent dans un grand état de tension. Existe-t-il un lien possible entre ces situations et vos malaises? Des stimulants comme le café, la cigarette ou les drogues peuvent aussi créer des effets similaires de tension, de suractivation et d’irritation; évitez de les ajouter aux situations stressantes.

 
 
 
 
 
 
 
 

3. J’ai des douleurs physiques : maux de dos, maux de tête, mal à la nuque, maux de ventre. En savoir plus• Le stress peut se manifester directement dans plusieurs organes et zones du corps.
• Les maux de dos, de tête, de ventre et à la nuque sont parfois des symptômes de stress, temporaires ou permanents. Ces douleurs peuvent être le résultat de la tension musculaire ou des hormones du stress. En effet, le cerveau et l’intestin réagissent à plusieurs hormones identiques. Il n’est donc pas surprenant que le stress prolongé puisse engendrer des crampes, des ballonnements, de la diarrhée ou de la constipation. D’autres tensions finissent par se figer, de telle sorte que nous ne les percevons plus… jusqu’à ce que le corps nous envoie des signaux de douleur. Chacun dispose de sa propre façon de réagir au stress mais il s’agit toujours d’un ensemble composé des symptômes suivants, certains étant prédominants chez un individu donné :
o accélération du rythme cardiaque
o élévation de la pression artérielle
o respiration plus rapide
o libération d’hormones : ACTH, cortisol, adrénaline, ocytocine, vasopressine
o fatigue et tension musculaire, particulièrement dans le dos ( région lombaire) et le cou
o re-routage du flux sanguin : du cerveau et des viscères vers les bras et les jambes pour le combat ou la course
o hypersensibilité aux bruits, aux odeurs, au contact, irritabilité émotionnelle, anxiété, dépression
o sueurs abondantes
o déséquilibre hormonal source d’un affaiblissement de la réponse immunitaire avec pour conséquences une facilité plus grande à être contaminé par des germes, à être victime d’un cancer ou d’une maladie auto-immune
Si vous expérimentez différentes douleurs physiques, demandez-vous s’il y a des situations de votre vie qui vous mettent dans un grand état de tension. Existe-t-il un lien possible entre ces situations et vos malaises ? Des stimulants comme le café, la cigarette ou les drogues peuvent aussi créer des effets similaires de tension, de suractivation et d’irritation; évitez de les ajouter aux situations stressantes.

 
 
 
 
 
 
 
 

9. Je suis stressé(e). En savoir plusSe sentir stressé est le signal d’une situation nouvelle, imprévisible, dans laquelle nous ne n’avons plus le sentiment de contrôler ce qui nous arrive.
• Le stress fait partie de la vie. C’est une situation normale qui se présente chaque fois que nous expérimentons quelque chose de nouveau, imprévisible et hors de notre contrôle. À ce moment, tous nos sens se mettent en alerte pour que nous soyons prêts à affronter l’inconnu. Dès que l’inconnu se dissipe et que nous reprenons le contrôle, notre état de tension retombe et nous nous sentons de nouveau plus calme et plus détendu. Par contre, si la situation de stress perdure, les messagers chimiques qui accompagnent l’état de stress se mettent à produire un effet négatif sur notre corps, nos réactions émotives et même nos capacités mentales.
• Chaque personne à un « seuil de stress » variable. Certaines personnes fragiles peuvent basculer dans la dépression (symptômes somatiques ou psychiques) du fait de changements apparemment mineurs, faute d’avoir développé à temps leur aptitude à trouver des solutions créatives pour avancer dans la vie.
• Une certaine quantité de stress est stimulante, mais une trop forte dose est nocive, surtout si elle ne connaît pas de répit.
• Prenez l’habitude d’évaluer votre niveau de stress régulièrement. Veillez à vous réserver au moins une journée par semaine au cours de laquelle votre niveau de stress est significativement plus bas que les autres jours.

 
 
 
 
 
 
 
 

Question 1 de 9

.